L’avenir leur appartient

« C’est dur de prévoir ce que sera l’eSport dans dix ans, alors qu’en ce moment, en un jour on fait plus de progrès qu’en cent ans » s’enthousiasme Benoît Pagotto (directeur marketing de l’équipe européenne Fnatic) dans les colonnes du Monde. Spectacle de niche il y a peu, l’eSport est aujourd’hui un phénomène mondial qui n’est pas près de s’enrayer.

 

L’eSport « electronic sport » c’est le fait de jouer à un jeu vidéo seul ou en équipe, sur Internet ou en réseau local (LAN-party), sur un ordinateur ou une console. Le concept apparait dans les années 80 et concerne d’abord des petits groupes de passionnés. Depuis, son évolution est croissante et ce « nouveau monde » s’ouvre à un public de plus en plus varié.

Les années 2000 marquent un tournant avec l’apparition de la Wi-Fi et la diffusion de compétitions sur Internet, mais le basculement s’opère véritablement en 2011 avec Twitch (plateforme de live streaming). L’eSport se démocratise et n’appartient plus qu’aux « Hardcore gamers ».

 

Par la suite les jeux sur mobile se multiplient. Désormais l’accès aux diffusions de compétitions, aux streams et aux jeux est partout.

Raul Leibel directeur des ventes chez Webedia, va plus loin : « une personne sur deux dans le monde joue aux jeux vidéo de manière régulière. Ces chiffres-là impliquent l’utilisation d’une partie mobile d’une fois par mois. Il y a plus de monde qui joue plutôt que d’aller au cinéma ou au théâtre… ».

Une étude menée par NewZoo estime à 191 millions le nombre de visionneurs réguliers d’eSport en 2017. Bien que les chiffres soient à prendre avec des pincettes, le phénomène eSport enfle. « Quels que soit les indicateurs que l’on prend, on voit que le marché et le secteur de l’eSport sont en croissance constante depuis déjà 5 ans. » explique Nicolas Besombes, vice-président de France Esports.

Même s’il est vrai que beaucoup de chiffres impressionnent, tout le monde n’est pas encore convaincu.

« C’est tellement éloigné de ce que les générations précédentes connaissent, des façons de travailler précédentes, que cela crée une forme de rupture qui n’est pas évidente à saisir dans un premier temps » argumente Nicolas Besombes.

« L’eSport est l’un des emblèmes de la déconnexion des générations mais comme l’est l’informatique en général » ajoute Éric Dieulangard, directeur de Millenium.org.

L’eSport vecteur de changement

Emblème de déconnexion ou symbole d’une génération ? Les sports électroniques sont peut-être l’image la plus marquante d’une société bouleversée par la révolution Internet. Caricaturaux pour les uns, précurseurs pour d’autres, les acteurs du eSport sont à la pointe de tous les outils dématérialisés qui deviennent peu à peu la norme. « Le digital est facile d’accès, gratuit et propose un contenu plus proche de ce que demandent les gens, plus brut. » glissait Thomas Nguyen (22 ans) étudiant en développement informatique. L’étude NewZoo ajoute que 42 % des visionneurs de sports électroniques ne pratiquent pas eux-mêmes les jeux vidéo qu’ils regardent.

Tous conquis ?

Pas encore. L’eSport s’attaque maintenant au « grand public », que ce soit par les médias traditionnels (télévision, la radio, presse web, de journaux, …), mais aussi par la conception de jeux le plus intelligible possible pour les néophytes. « A partir du moment où une éducation est nécessaire pour la personne qui regarde, vous êtes segmentant. Le cap à passer, ce sont des jeux qui cassent cette frontière entre l’éducation du spectateur et l’émotion provoquée par la partie. » explique Mathieu Dallon (conseiller du board de Webedia). En ce sens, Mathieu Fichot nous glissait que la future tendance pourrait être les simulations de racing (courses de voitures).

« Le jeu était conçu pour qu’on y joue, mais de plus en plus pour qu’on le regarde. Ça veut dire de nouvelles interfaces, penser à une mise en spectacle sur plusieurs écrans, sur votre mobile. Tout est à inventer » conclut Mathieu Dallon.

 

Pour allez plus loin : L’Équipe explore , l’avenir de l’eSport selon Mathieu Dallon.

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :